Château de Goussainville

Goussainville : les Graffitis du Vieux-Pays

Vestiges d’un ancien village, le Vieux-Pays de Goussainville, dans le département du Val-d’Oise, est une enclave au milieu de la banlieue. Une sorte d’îlot hybride, urbain et rural, avec de vieilles maisons abandonnées couvertes de graffitis.

En réalité, le lieu n’a pas complètement été déserté. Le Vieux-Pays s’apparente à ce qui devait être à l’origine un village, mais sur lequel la ville a pris le dessus en l’incorporant à sa banlieue. Goussainville s’est développé et cette zone s’est retrouvée un peu marginalisée. Dans les années 60, sa proximité avec l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulles a fait fuir une partie de ses habitants qui ont laissé derrière eux des maisons vides, aujourd’hui en ruines et recouvertes par la nature.

Pour y accéder, nous nous sommes arrêtés à la Gare de Goussainville sur le RER D. Nous avons marché une vingtaine de minutes le long d’une zone commerciale pour atteindre, de manière complètement inattendue, l’angle de la rue Brulée, l’entrée de l’ancien village. Cette route au nom très évocateur constitue le seul segment du hameau réellement en état de ruines. Pour la petite anecdote, j’ai lu que ce nom était souvent attribué à des lieux qui avaient été détruits par un incendie par le passé. Du reste, l’atmosphère n’est pas glauque, on lui trouve un certain charme. On apprécie les graffitis qui en tapissent les façades de la rue.

Dans cette zone, les maisons ont toutes été murées à l’exception d’une seule. Plantés devant le portail verdit par l’oxydation du zinc, nous décidons finalement de pousser la porte et de traverser la forêt d’orties dans le jardin pour pénétrer dans la maison. Le rez-de-chaussée est très obscur mais nous parvenons à distinguer quelques pochoirs. En haut, la lumière qui entre par les fenêtres complètement cassées nous permet de découvrir les murs de l’étage entièrement recouvert à la bombe aérosol par les graffeurs. Preuves à l’appui !

Suite à cela, nous nous sommes mis à la recherche de l’ancien château de la ville. Ce qu’il en reste se situe un peu plus loin sur la rue principale, dans le parc municipal. Malheureusement, le toit s’est effondré et des barricades en ferment l’accès. Pour nous approcher, nous les avons franchies, mais quelques minutes plus tard une patrouille de police a repéré notre présence et nous a escorté vers la sortie.

Cette petite aventure, c’est pour moi l’occasion d’aborder la question de l’urbex (de l’anglais urban explorations). Cela consiste à visiter des lieux abandonnés et, à priori, inaccessibles. Le street-art est intimement lié à cette pratique pour son côté vandale autant que pour l’exploration urbaine, qui incarne essentiellement le jeu du graffiti : marquer son territoire ou là où on est de passage ! Ce sont de formidables lieux de liberté et d’expérimentations pour les graffeurs. C’est également considéré comme une forme de tourisme alternatif auquel s’adonnent de plus en plus d’aventuriers.

Cette activité est cependant illégale et dangereuse. Dans cette excursion à Goussainville, nous n’avons pas réellement pris de risque même si en vérité, le sol aurait pu s’effondrer sous nos pas. Ce qui est certain, c’est que la police aurait pu nous sanctionner réellement (et non pas simplement escorter comme ça a été le cas).

C’est tout pour la petite escapade ! Nous avons découvert cet endroit grâce à un article récent publié sur le Bonbon. N’hésitez pas à le lire si vous souhaitez avoir davantage d’informations sur l’histoire du village. Une autre ressource ici !

Nos photographies ont été réalisées par la talentueuse Manon Descamps, merci d’aller soutenir son travail ♥

____

En cherchant sur Google ou sur Youtube, vous trouverez une infinité de ressources sur l’urbex. Je vous mets cependant quelques liens :

– Un article sur le Mausolée, spot incontournable du graffiti et de l’urbex.

– Le compte instagram de l’artiste Rone qui peint des fresques dans des lieux abandonnés. Un court article qui présente sa démarche.

– La plateforme du photographe Thomas Jorion. Un regard très artistique sur les lieux abandonnés à travers le monde et un travail essentiel d’histoire et de mémoire.

– Une vidéo Youtube de Mamytwink au château de Villers-Cotterêts, un endroit qui me tient très à cœur personnellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
RSS